* * *
Welcome, Guest. Please login or register.
Did you miss your activation email?
October 22, 2017, 02:54:41 AM

Login with username, password and session length

Shoutbox

1 Guest, 0 Users

Author Topic: De l'art du dressage, du chien au mari....  (Read 3346 times)

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Posts: 29
    • Email
De l'art du dressage, du chien au mari....
« on: March 11, 2008, 07:39:27 AM »
De l'art du dressage, du chien au mari....

http://www.newsweek.com/id/109614?g=1

How to Train a Husband

Want an obedient spouse? A new book says you should coach them like animals.
Jennie Yabroff
NEWSWEEK
Updated: 1:32 PM ET Feb 9, 2008

Attention, frustrated wives: if you want your husband to start listening to you and stop leaving his socks on the floor, all you need is a little patience and a lot of mackerel. Such is the putative relationship advice of Amy Sutherland, a journalist who spent a year at an animal-trainer school and decided to apply the trainers' techniques to her husband's annoying habits. According to Sutherland, the key to marital bliss is to ignore negative habits and reward positive ones, the same approach animal trainers use to get killer whales to leap from their tanks and elephants to stand on their heads. So to teach her husband, Scott, to stop storming around the house when he couldn't find his keys, she practiced what trainers call Least Reinforcing Scenario, which means she ignored his outbursts, and didn't offer to help with the search. To prevent Scott from hovering over her while she tried to cook, she engineered "incompatible behaviors" by setting a bowl of chips and salsa at the other end of the room. Soon she had a key-finding, salsa-eating mate and, she says, a happier marriage.

Sutherland first wrote about her experiment in The New York Times in 2006, where it became the most e-mailed story of the year. This week her book, "What Shamu Taught Me About Life, Love and Marriage," comes out, and a movie is in development. Sutherland admits that her ideas are not groundbreaking: in the 1890s Ivan Pavlov experimented with dogs to study stimulus and response. In the 1930s, B. F. Skinner used rats and pigeons to develop his theory of "operant behaviors," the idea that behavior is affected by its consequences. That doesn't mean the strategy is not controversial: critics bristle at the idea that humans are as easily manipulated as dogs or marine mammals, and contend that books such as Sutherland's reinforce war-of-the-sexes stereotypes about women using their feminine wiles to manipulate simple-minded men.

The idea of women training simple men is a well-worn trope of pop culture. In the 1963 film "If a Man Answers," Sandra Dee's mother hands her a canine-training manual with the advice "If you want a perfect marriage, treat your husband like a dog." More recently, the BBC reality show "Bring Your Husband to Heel" featured a professional dog trainer teaching wives how to get their husbands to sit and stay.

While Sutherland claims that animal-training techniques work on both genders, in another new book, "Seducing the Boys Club," Nina DiSesa advocates a gender-specific approach to changing people's behavior. DiSesa, who was the first female chairman of the ad agency McCann Erickson, argues that women should use their femininity to manipulate the men they work with and advance their careers. Instead of criticizing an employee's ad proposal, she flatters him for his "brilliant" idea, then sweetly asks if he had any other inspirations. "Women use these tactics with men all the time," she says. "We're mothers, wives, girlfriends, sisters. We know how to handle men, we just don't do it at work."

While DiSesa's tactics may appall feminists, the appeal of Sutherland's approach is obvious: no tearful couples-therapy sessions, no tantrums about unmet expectations. But Sutherland says it's not a quick fix. In fact, she was the one who wound up being retrained, as she taught herself not to take her husband's actions personally, and not to react when he did things that annoyed her. DiSesa also says she retrained herself to stop criticizing and confronting the men she worked with, and instead use "S and M," seduction and manipulation, to get her way.

And, she says, we shouldn't admit to our manipulations. "If people think I'm being conniving, I am," she says. "But if men see it coming, they'll duck." Sutherland's husband eventually caught on to her experiment (it didn't help that she wrote a book about the animal-trainer school), and even started using the techniques back on her. Now they use the word "shamu" as a verb, as in "Did you just shamu me?"

Shamuing might work to get your husband to stop leaving his socks on the bathroom floor, says psychotherapist Marlin Potash, author of "Hidden Agendas: What's Really Going On in Your Relationships." "In small doses, it's really a good idea," she says. But she's skeptical of the idea that the technique will work with real marital problems such as lack of communication or sexual incompatibility: "I don't really believe that changing these small behaviors is how one transforms a marriage." Sutherland makes no claims to be a relationship expert. And she's not opposed to therapy, although she says, judging from the enthusiastic response to her essay, "Psychologists might want to consider bringing more animals into the mix."

Sit, Beg, Roll Over, Stay
Animal trainers use lots of tricks to train their charges. Try the techniques below at home.

Reward positive behavior: If your mate picks up just one dirty sock without being asked, give lots of praise. Or a tasty fish.

Ignore negatives: Don't nag about the rest of the filthy laundry still piled on the floor. Trainers call this Least Reinforcing Scenario.

Don't take it personally: Laundry is just laundry, not a symbol for how much your spouse loves you or values your marriage.
URL: http://www.newsweek.com/id/109614

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Posts: 29
    • Email
Re : De l'art du dressage, du chien au mari....
« Reply #1 on: March 11, 2008, 07:44:22 AM »
Variante, parue dans l'Almanach du marron bretin, Oups ! du Marin Breton :
Madame donne un ordre au jeune chien, qui n'obéit pas, mais joue.
Sans se lasser, elle recommence.
- Il me semble que ne n'arriveras jamais à te faire obéir de cet animal, objecte son mari.
- Ce n'est qu'une question de patience, lui répond-elle. Avec toi aussi, ça a été un peu difficile, au début.

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Posts: 29
    • Email
Re : De l'art du dressage, du chien au mari....
« Reply #2 on: March 11, 2008, 07:51:39 AM »
http://martineau.blogue.canoe.ca/martineau?blog=99&page=1&disp=posts&paged=5

Richard Martineau ajoute : "Imaginez l'inverse: un homme affirmant utiliser un livre de dressage canin pour "dresser" sa femme"... Le scandale national, les manifestations indignées...
« Last Edit: March 11, 2008, 08:12:04 AM by Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Posts: 29
    • Email
Ne soyez jamais le fils, le frère, le père ni le mari d'une féministe !
Elle vous fera payer très cher le délit de masculinité, que vous commîtes rien qu'en naissant.

La journée de la féministe est assez répétitive :
Reprendre le pouvoir, reprendre le dessus, envoyer une bordée d'insultes, benner un tombereau de reproches, faire subir une colère, et reprendre au début, avec des variantes quant à l'ordre des opérations.
Ainsi l'ordre "benner un tombereau de reproches, reprendre le pouvoir, faire subir une colère, reprendre le dessus, envoyer une bordée d'insultes" est tout aussi valide dans l'emploi du temps de la féministe. Et puis ça introduit de la variété.

Sur les frêles épaules de la féministe repose un apostolat harassant, épuisant, de tous les instants, son devoir envers le Parti : ne jamais relâcher la guerre de longue durée contre l'existence même des mâles, ce scandale intolérable de l'existence des chromosomes XY et de la reproduction sexuée. Ah si seulement le Créateur l'eût écoutée, il n'y aurait que des lesbiennes dans la ville, et grâce à la parthénogenèse, ce serait le paradis sur Terre : aucun enfant ne pourrait plus jamais échapper à la toute-puissance matriarcale ni contracter d'autre mariage qu'avec sa maman.

Comme la perfection n'est pas encore réalisée, il y a encore des féministes qui pratiquent l'hétérosexualité. Toutefois, il convient qu'elles soient très rigoureuses dans le dressage de leur mec. Il ne sera jamais tolérable que le mec échappe à la guerre de longue durée, ni ose développer la moindre réflexion qui échappe au sexisme misandre victorieux. Prenons le cas des freudiens et de leur parlance carabistouillée : le mec sera autorisé à critiquer les amphigouris précieux de Pascal R., mais la féministe lui volera dans les plumes s'il ose critiquer les mines entendues et supérieures de Ghislaine K. sur telle de leurs expressions volontairement fallacieuses. Dans le second cas, le mec est coupable de misogynie, et il faut le lui faire payer cher.

En amours hétérosexuelles, la règle du jeu est que la somme soit négative. Qu'importe combien la femme y perd, pourvu que l'homme y perde davantage, qu'il n'oublie jamais que lui doit fournir tous les services, sans jamais rien demander ni obtenir en retour. C'est elle la maîtresse, et lui le serviteur, qui doit toujours exhiber une attitude soumise.

La féministe choisira elle-même les peintures et papiers peints que le mec posera chez lui : il doit poser du vieux rose dans son couloir, afin de montrer que même chez lui, c'est encore une maison vaginale.

A suivre.

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Posts: 29
    • Email
Ne soyez jamais le fils, le frère, le père ni le mari d'une féministe !
Elle vous fera payer très cher le délit de masculinité, que vous commîtes rien qu'en naissant.

La journée de la féministe est assez répétitive :
Reprendre le pouvoir, reprendre le dessus, envoyer une bordée d'insultes, benner un tombereau de reproches, faire subir une colère, et reprendre au début, avec des variantes quant à l'ordre des opérations.
Ainsi l'ordre "benner un tombereau de reproches, reprendre le pouvoir, faire subir une colère, reprendre le dessus, envoyer une bordée d'insultes" est tout aussi valide dans l'emploi du temps de la féministe. Et puis ça introduit de la variété.

Sur les frêles épaules de la féministe repose un apostolat harassant, épuisant, de tous les instants, son devoir envers le Parti : ne jamais relâcher la guerre de longue durée contre l'existence même des mâles, ce scandale intolérable de l'existence des chromosomes XY et de la reproduction sexuée. Ah si seulement le Créateur l'eût écoutée, il n'y aurait que des lesbiennes dans la ville, et grâce à la parthénogenèse, ce serait le paradis sur Terre : aucun enfant ne pourrait plus jamais échapper à la toute-puissance matriarcale ni contracter d'autre mariage qu'avec sa maman.

Comme la perfection n'est pas encore réalisée, il y a encore des féministes qui pratiquent l'hétérosexualité. Toutefois, il convient qu'elles soient très rigoureuses dans le dressage de leur mec. Il ne sera jamais tolérable que le mec échappe à la guerre de longue durée, ni ose développer la moindre réflexion qui échappe au sexisme misandre victorieux. Prenons le cas des freudiens et de leur parlance carabistouillée : le mec sera autorisé à critiquer les amphigouris précieux de Pascal R., mais la féministe lui volera dans les plumes s'il ose critiquer les mines entendues et supérieures de Ghislaine K. sur telle de leurs expressions volontairement fallacieuses. Dans le second cas, le mec est coupable de misogynie, et il faut le lui faire payer cher.

En amours hétérosexuelles, la règle du jeu est que la somme soit négative. Qu'importe combien la femme y perd, pourvu que l'homme y perde davantage, qu'il n'oublie jamais que lui doit fournir tous les services, sans jamais rien demander ni obtenir en retour. C'est elle la maîtresse, et lui le serviteur, qui doit toujours exhiber une attitude soumise.

La féministe choisira elle-même les peintures et papiers peints que le mec posera chez lui : il doit poser du vieux rose dans son couloir, afin de montrer que même chez lui, c'est encore une maison vaginale.


La féministe peut-elle être intelligente en amour, et heureuse en amour ?

Bah oui, la féministe peut faire illusion quelques jours, au mieux quelques semaines, aussi longtemps que les hormones sont là, et lui imposent l'intelligence de l'espèce via la stratégie de l'espèce, aussi longtemps que les orgasmes l'inondent d'ocytocine et d'endorphines.

Mais quand l'intelligence de l'espèce perd de son emprise, nulle intelligence individuelle ne peut prendre le relais, chez la féministe : autoritariste née, elle ne songe plus qu'à sa guerre à mort pour le pouvoir, tous les pouvoirs. Bien qu'il soit possible qu'individuellement, elle ne soit  pas diagnostiquable comme paranoïaque, elle demeure adhérente à une doctrine paranoïaque, et la loi générale lui est collectivement applicable : les paranoïaques ne jouissent pas, et baisent atrocement mal et le plus rarement possible, de peur qu'une micro-parcelle de contrôle, de pouvoir et de suprématie leur échappe.

Est-ce à dire que la féministe ne baise plus ? Si, à une condition : soit que son vagabondage sexuel lui serve à dénier et humilier ses précédents amants, rabaissés au rang d'ustensiles passés de mode ou usés, soit que ses adultères lui servent à bafouer et humilier son cocu. Voilà ce qu'il lui reste d'héritage de la stratégie de l'espèce, et encore, seulement aussi longtemps que les hormones lui durent, seulement le temps que les horloges biologiques n'aient sonné.

« Last Edit: June 25, 2012, 11:53:50 PM by Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Posts: 29
    • Email
L'art de la condamnation préventive.
« Reply #5 on: July 21, 2012, 04:15:28 AM »
Pour toute femme avide de prendre et conserver tous les pouvoirs, il faut maîtriser l'art de la condamnation préventive.

Par exemple, quand l'ex-ministre de la police, Nico le Hutin allait se montrer dans une ville où on ne l'aimait guère, les gens suspectés d'être susceptibles de manifester publiquement leur désapprobation au petit roi, étaient préventivement arrêtés et détenus en garde à vue jusqu'au départ du petit roi.
Au Féministan on peut faire mieux.

Le grand principe est que tout mâle est préventivement condamné pour tout ce qu'il aurait pu dire s'il avait eu l'ombre d'une chance de placer une phrase, et pour tout ce qu'il serait susceptible de penser si on lui en laisse le loisir.

L'immense avantage de la condamnation préventive est qu'elle laisse l'autre sans voix, sans possibilité de se défendre. Aleksandr Soljénitsyn avait décrit cette surprise uniforme et stupide : "M'arrêter ? Moi ? Pourquoi ?" : personne n'est armé par défaut pour penser et pour contrer la perversité poussée à l'extrême. Elle n'a plus qu'à jouer sur du velours.

De toutes façons, si le condamné préventif ose protester, il est cuit : sa rébellion même - s'il ose protester - prouve qu'il était un ennemi du régime, qu'il s'imaginait que le régime est pourri. Ce qui mérite le châtiment le plus extrême, pour l'exemple, pour terrifier les autres : pensées anti-soviétiques, anti-américaines, anti-chrétiennes, antisémites, antiquaires, islamophobes, antiféministes, antirabiques, anticapitalistes, antipathiques, homophobes, anti-zététiques, anticonformistes, antifascistes, antilopes Koudou, anticalcaires, antiacides, antimatière, Antinéa, anticommunistes, antimilitaristes, Antigone, Anticosti, antimites, anti-mythes, anti-sceptiques, anti-salissures, antifroiss, en titi, antidétonantes, Antsirabé, anti-taches, antipodes, anticipées, antimoustiques, antigrippantes, antidérapantes, antigang, antalgiques, antonymes, antédiluviennes, antoedipiennes et direct Anthony Massy-Palaiseau, bref hérétiques et libertines !
(Rayez la mention non utilisée).

Tiens justement à propos d'antiseptiques du Québec, on admirera avec quelle virtuosité le Diablo-Hallucigenia pratique la répression pour incroyance : harcèlement d'abord, débouchant inévitablement sur le bannissement puisque le harcelé ose protester, et est tellement insoumis qu'il ose diagnostiquer facilement la paranoïa du ouebmestre :
http://www.sceptiques.qc.ca/forum/pesant-de-guano-frais-feminazisme-t4189.html

La condamnation préventive ! Le péché originel ! Vieilles recettes qui marchent toujours !

 

Recent

Members
Stats
  • Total Posts: 658
  • Total Topics: 308
  • Online Today: 1
  • Online Ever: 34
  • (September 24, 2017, 05:52:30 PM)
Users Online
Users: 0
Guests: 1
Total: 1